Les Applications

slide05

Gestion du stress

Le mot « stress » est utilisé de manière fréquente à tord et à travers dans la vie quotidienne, mais sa définition est souvent imprécise. En général, le stress est un concept désignant un vague sentiment de malaise.

Or, le stress a été défini de manière scientifique dans les années 1950, par le Professeur Hans SELYE, physiologiste canadien, comme S.G.A. Syndrome Général d’Adaptation :

Le stress est un réflexe, la réponse innée de notre corps pour faire face à une situation, une stimulation ou à une agression. Il s’agit de l’une des grandes fonctions de l’organisme ; notre mécanisme d’adaptation et de survie indispensable à notre fonctionnement, qui n’a donc au départ aucune connotation négative.

La réaction du corps passe par plusieurs phases :

  1. La phase d’alerte ou de mobilisation, extrêmement positive, durant laquelle l’adrénaline nous permet de réagir.
  2. La phase de réaction qui cherche à reconstituer l’équilibre interne après avoir dépenser l’apport d’énergie de la phase d’alarme.
  3. La phase de résistance, en cas de stress chronique ou d’inhibition d’action, durant laquelle les glucocorticoïdes nous permettent d’endurer.
  4. La phase d’épuisement, lorsque l’organisme n’est plus en mesure de maintenir son équilibre.

Le stress a les couleurs de la vie : il peut être stimulant et nous pousser à vivre, mais il peut être destructeur : soit parce qu’il est trop intense et brutal et les capacités d’adaptation de l’organisme sont débordées, soit parce qu’il use nos réserves au jour le jour et nous « brûle » à petit feu.

Les conséquences du stress sur la santé varient selon la durée, la dose accumulée et les capacités d’adaptation de l’organisme. De même nous ne sommes pas tous égaux face au stress, une même situation suscitera chez l’un le stress, chez l’autre l’indifférence. Chez la même personne, un événement peut à un moment donné entraîner une réponse de stress et aucune réaction à un autre moment. Au-delà d’une vision biologique du stress, une approche individualisée est nécessaire.

Par la pratique de la sophrologie, on apprend à gérer le stress au niveau :

  • Mental : en changeant ses représentations négatives sur le stress, en apprenant à évaluer différemment les situations stressantes, à développer des raisonnements plus positifs, avec des pensées plus optimistes. Ne plus dramatiser, savoir relativiser l’importance des choses, prendre du recul et revenir à l’essentiel.
  • Emotionnel : en apprenant à changer certains comportements au quotidien ; ne plus prendre sur soi ou moins réagir dans la précipitation, prendre le temps de faire posément les choses, d’être moins agressif et plus tolérant envers soi-même et son entourage, tout en apprenant à exprimer ses émotions, à dire non, en développant sa capacité d’affirmation face aux autres.
  • Physique : en apprenant à respirer et à se relaxer, par une détente hors sommeil de tous les muscles du corps, pour mettre en place un autre mode de fonctionnement, offrant des périodes de repos, de récupération et de reprise de ressources. Non seulement la libération d’endorphines permet de réduire la sécrétion d’adrénaline, mais surtout le cerveau et le corps mémorisent ces états de bien être que l’on peut réutiliser dès que l’on en a besoin, quelque soit les circonstances, afin de dissiper les tensions et l’anxiété.

S’il est difficile d’échapper au stress, ou de l’annuler, en revanche par la pratique de la sophrologie, il est possible :

  • D’éliminer une partie des nuisances qui en sont la cause (comme par exemple le perfectionnisme puissant stresseur interne)
  • D’augmenter sa résistance et de réduire les effets néfastes sur la santé (rumination, anxiété, hyperactivité, agressivité, difficultés de concentration, maladies psychosomatiques ; douleurs musculaires, articulaires, migraines, insomnies, troubles digestifs, allergies, eczéma…) en (re)trouvant l’équilibre, l’harmonie entre le mental, l’émotionnel et le physique.

Gérer ses émotions

Le stress étant intimement lié à nos états émotionnels, il est donc également important d’apprendre à mieux gérer ses émotions pour développer sa capacité d’adaptation, tout en préservant sa bonne santé.

Si toutes les émotions sont plus ou moins agréables à ressentir, il n’y a pas d’émotions positives ou négatives. A partir des quatre émotions de bases ; la joie, la peur, la colère et la tristesse, nous ressentons toute une palette d’émotions variables en intensité. Chaque émotion ressentie est un message de notre corps correspondant à un besoin associé.

La pratique de la sophrologie permet d’apprendre :

A gérer nos propres émotions

  • Ecouter le langage du corps, en vue de contacter et accepter l’émotion sans jugement
  • Evaluer correctement l’intensité de l’émotion ressentie à l’état brut
  • Verbaliser la ou les émotions sans interprétation
  • Entreprendre l’action appropriée en réponse au besoin associé; vigilance, prudence, attention, mettre une limite, chasser l’intrus, oser dire non…
  • Extérioriser, c’est-à-dire à exprimer son ressenti afin de ne plus « prendre sur soi » refouler, ou masquer l’émotion jusqu’à ce que « la goutte d’eau fasse déborde le vase »

A gérer les émotions des autres

  • Identifier et accepter les émotions des autres
  • Développer son intelligence relationnelle

 

Se libérer d’une dépendance

Tabac, alcool, dépendance médicamenteuse, drogues, jeu pathologique, conduites d’achats compulsifs, dépendance affective, dépendance sexuelle, boulimie et anorexie mentale, tentatives de suicide à répétition…

Quelque soit la conduite addictive, l’attitude répétitive vient neutraliser un état de tension interne qu’elle est censée soulager. D’où l’intérêt de la pratique de la sophrologie pour apprendre à évacuer et à ne plus accumuler cette tension interne.

Préparer un évènement à venir, un rendez-vous de la vie

Préparation mentale (examens, intervention chirurgicale…)

Préparation d’un entretien, un examen, un concours, une compétition…

Quelque soit l’épreuve, la préparation mentale doit débuter le plus tôt possible, plusieurs semaines avant un examen ou un entretien et même plusieurs mois avant une compétition importante pour donner le meilleur de soi-même le jour J.

Les techniques de préparation mentale sont adaptées en fonction du candidat et de l’épreuve sur la base d’un travail sur :

  • La gestion du stress
  • La motivation et la dynamisation mentale
  • L’amélioration de la concentration
  • Le schéma corporel et l’image du corps
  • La gestion du sommeil
  • Le travail de récupération en cas de non réussite

«Lorsque vous perdez, ne perdez pas la leçon» Dalaï Lama«Ce n’est point parce que j’ai réussi que je suis content mais parce que j’étais content que j’ai réussi» Alain

Préparation d’un accouchement, un examen médical, une intervention chirurgicale…

La sophrologie permet la préparation du patient, en abordant l’angoisse, ainsi que les craintes liées à l’appréhension de l’accouchement, de l’anesthésie, de l’acte chirurgical et de la douleur. La base du travail étant la lutte contre les effets néfastes du stress. Des études sérieuses ont montré que cette préparation du patient par la sophrologie diminuait significativement les doses d’anesthésiques employés, la fréquence des complications pré et post opératoires, améliorait les suites en durée de séjour et en qualité de récupération.
Accompagnement d’un moment de changement dans l’existence ; naissance, départ des enfants, séparation, ménopause, licenciement, déménagement, départ à la retraite, deuil…

Face aux changements de situation qui surviennent dans toute vie, la sophrologie permet d’appréhender et de faire face aux événements, de gérer l’atteinte narcissique, les peurs qui se réveillent, la menace existentielle réelle ou imaginée, en permettant le renforcement du sentiment d’existence, de retrouver un équilibre émotionnel, la confiance en soi, voir la vie sous un angle plus positif…

Sophrologie et recherche d’emploi

La sophrologie est particulièrement adaptée à la gestion de la situation du chômage, en donnant des outils efficaces à la personne en recherche d’un emploi pour sa réinsertion professionnelle.

Que peut apporter la sophrologie aux personnes à la recherche d’un emploi ?

  • Apprendre à se détendre et à gérer le stress
  • Dédramatiser la situation
  • Libérer ses angoisses
  • Apporter un soutien moral, des encouragements
  • Retrouver, renforcer la confiance en soi
  • Apprendre à penser positivement
  • Apprendre à utiliser le temps libre (cours de perfectionnement, formation…)
  • Développer ses capacités à la réussite
  • Apprendre à mieux communiquer avec ses futurs employeur, chef du personnel, collègues
  • Apprendre à stimuler son potentiel de créativité

 

Développer sa capacité au mieux-être
«Et, j’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé» Voltaire

La pratique de la sophrologie permet d’accepter, de mieux supporter, de réduire les symptômes des maladies les plus bénignes au plus graves :

  • Médecines douces, énergétique, psychosomatique ; Troubles du sommeil, digestifs, douleurs musculaires, spasmophilie…
  • Rhumatologie ; Céphalées, migraines, torticolis…
  • Gynécologie, obstétrique, accouchement ; Aménorrhées, dysménorrhées, ménopause, troubles de la fécondité, préparation à la maternité, à l’accouchement…
  • Nutrition, Obésité, Boulimie et Anorexie
  • Pneumologie, Cardiologie ; Asthme, troubles de la tension artérielle
  • Psychologie clinique, Psychothérapie, Psychiatrie; Dépression, angoisse, anxiété, phobies…
  • Immunologie, Cancérologie, Sida ; La méthode Simonton notamment permet de surmonter le cancer, de réduire les effets négatifs du stress et de lutter efficacement contre le pessimisme dans la maladie
  • Anesthésie, Réanimation, Chirurgie, Douleurs, Soins palliatifs ; Gérer la douleur, réconforter et soulager